Cauchemar à louer

Publié le par Zizi Mule A Tresse

Cauchemar à louer, Brussolo 2001

 

 Incipit :

C’était l’une de ces journées où tout va de mal en pis ; où les images qui vous entourent semblent une extension des cauchemars de la nuit, une sorte d’épanchement de l’imaginaire dans le réel. La pluie noyait le paysage, encadrant la route de rideaux liquides ininterrompus derrière lesquels les maisons n’étaient plus que des ombres fuyantes. Le père de David conduisait, les dents serrées, les mains crispées sur le volant. Le bruit de l’averse dominait celui de l’autoradio, écrasant la musique sous son martèlement humide. M’man, elle, demeurait silencieuse, tendue. Elle n’avait qu’une confiance limitée dans les talents de conducteur, de plus elle n’ignorait pas qu’il avait bu en cachette avant de partir.

 

4ème de couverture :

Elle est vraiment particulière cette maison dans laquelle David, douze ans, vient d’emménager avec ses parents : toutes les portes sont blindées, les fenêtres sont munies de barreaux et les animaux domestiques sont enfermés dans des cages, comme dans un zoo ! Mais tout cela n’est rien à côté des marques de griffes qui couvrent les murs… ou des bêtes étranges et horriblement mutilées qui rodent alentour. Il ne sera pas facile pour David de vivre dans un endroit pareil, d’autant que les adultes censés le protéger se comportent de façon pour le moins inattendue.

9782702434154FS.gif 

L’avis de Zizi :

Brussolo reprend ici le mythe de la maison hantée et de l’hôtel maudit. Si le héros est bien David, un jeune garçon imaginatif et un rien faible, le personnage central reste la maison Willoughby. Maison de rêve au passé multiple aux premiers abords, la bâtisse se révèle aussi sympathique qu’un loup-garou après une diète forcée. Plus qu’un cauchemar à louer, il s’agit d’un cadeau piégé, une friandise empoisonnée qui vous tombe dessus, d’abord douceâtre parce que patinée par le temps, elle se révèle amère et brûlante dans la bouche. Si les nerfs de David sont mis à rude épreuve parce qu’il vit au cœur de la menace, ceux des villageois n’ont rien à envier. Et quant aux nôtres, il n’est pas sûr qu’ils tiennent avant la fin du livre.

 

Le conseil de lecture de Zaza :

Lisez un autre livre si vous êtes en plein déménagement. Surveillez vos parents si vous arrivez dans une nouvelle maison. Et si votre armoire se met à léviter en pleine nuit, partez vite !

 

Zizi et Zaza ont visité Cauchemar à louer dans le cadre du CHALLENGE BRUSSOLO

challenge-serge-brussolo

 

Publié dans La Belle Bibli

Commenter cet article

Hôtel Eden Party 05/07/2010 17:03


Service fautes orthographiques bonjour!
"à rien à envier" détecté
et "empoissonné",ou est-ce volontaire?
Sinon,voilà un quinbou que je lirais volontiers!


Zizi Mule A Tresse 05/07/2010 17:26



merci Eden ;)


qu'est ce que je ferai sans toi ?...



Walkys 04/07/2010 20:55


Oh il a l'air bien ce livre.
J'irais bien me l'acheter 8D


RaPHaeLLaKay 04/07/2010 18:34


Willoughby... hahahaha ça me rappelle quelque chose ! XD