Eloge de la lenteur

Publié le par Zizi Mule A Tresse

4ème de couverture :

Aujourd’hui, la culture est à la rapidité. Mais dans cette course contre la montre, rien ne survit – notre travail, notre santé, nos relations, notre vie sexuelle. Nous sommes si pressés que la personne ou la chose qui nous ralentit représente, d’emblée, l’ennemi à abattre.

Tout un courant d’opinion met en question ce culte de la vitesse et réaffirme les vertus de la lenteur. Baptisé « Slow », il ne prétend nullement qu’il faut tout faire à une allure d’escargot mais souligne que notre qualité de vie passe par un meilleur équilibre entre rapidité et lenteur. 

L’enquête de Carl Honoré, menée de pays en pays, montre les différentes formes prises par ce phénomène qui touche de plus en plus de monde. Et si un bon usage de la lenteur pouvait rendre nos vies plus riches et plus productives ?

 

 eloge-lenteur

 

L’avis de Zizi :

La lenteur, tout le monde connaît ; c’est une plaie. On se trompe. C’est une mine d’or ou plutôt une fontaine de jouvence ou quelque chose du même style. Carl Honoré n’est pas seul dans sa quête de la bonne lenteur : cuisiniers, étudiants, enfants, couples, curieux, parisiens, italiens, professeurs, employeurs, employés ; japonais aussi pour dire. Plus qu’un éloge, c’est une invitation non pas à tuer les horloges et les montres, mais à accorder plus d’importance aux mois et aux jours qu’aux heures et aux minutes. Certes, la lenteur nous a souvent été présentée comme une tare, mais dans cet ouvrage, on la redécouvre en tant que richesse que l’on retrouve un peu partout. La gastronomie, le sexe, les études, la lecture auraient donc plus de saveur une fois exécutés au temps juste, ni trop vite ni trop lentement. On retrouve en plus à la fin du livre une liste de sites et d’ouvrages relatifs à la lenteur. Cet éloge est en quelque sorte notre sauveur.

 

Ce qui a fait craquer Zaza :

Zaza étant wonderlambinewoman, bref une traîne pantoufle médaillée d’or, cet Eloge de la lenteur est pour elle une bénédiction. C’est agréable de voir que tout ce qu’on lui reproche comme manger, s’organiser, travailler, réfléchir trop lentement, est en fait un modèle de vie. Le comble tout de même, c’est qu’elle a lu à toute vitesse le livre… pour le relire lentement juste après. 

 

Carl Honoré est un journaliste. Il a travaillé pour l’Economist, l’Observer, le National Post et le Houston Chronicle. Il vit à Londres. Best-seller international, Eloge de la lenteur est traduit en plus de 20 langues.


Publié dans La Belle Bibli

Commenter cet article

adad 01/02/2011 16:08


L'Occident a la montre, l'Afrique a le temps...


Zizi Mule A Tresse 01/02/2011 17:00



bien dit :D



RaPHaeLLaKay 11/11/2010 18:16


leeeeeeent... souuuuuuupe ! XD


Zizi Mule A Tresse 11/11/2010 18:24



ah non pas ici !



Irrégulière 06/11/2010 15:06


ça c'est un truc pour moi, qui suis à la fois d'une force d'inertie hallucinante, et toujours impatiente de tout un tas de trucs (oui, c'est contradictoire, mais je suis une contradiction ambulante
!)


Zizi Mule A Tresse 06/11/2010 19:33



je te le recommande d'urgence alors :)



Hôtel Eden Party 03/11/2010 23:32


Oui enfin on ne reppppproche pas à Zaza ce modèle de vie,mais plutôt ce qu'elle en fait de ce modèle,nuance!
Après,à chacun ses carrrotttes,donc en bon lapin,je retourne (lentement mais sûrement)en mon terrier^^


Zizi Mule A Tresse 04/11/2010 09:47



--'