La Marche de Mina

Publié le par Zizi Mule A Tresse

Titre de l’édition originale de Yoko Ogawa : Mina no koshin

Traduction du japonais par : Rose-Marie Makino-Fayolle

 

4ème de couverture :

Après le décès de son père, alors que sa mère doit s’éloigner pour parfaire sa formation professionnelle, la petite Tomoko est reçue pour un an chez son oncle et sa tante. Tomoko a douze ans ; à Kobe, son oncle l’attend sur le quai de la gare. Il la serre dans ses bras et la conduit jusqu’à la très belle demeure familiale. Pour Tomoko, tout est ici singulièrement différent. Sa cousine Mina passe ses journées dans les livres, collectionne les boites d’allumettes illustrées sur lesquelles elle écrit des histoires minuscules ; un hippopotame nain vit dans le jardin, son oncle a des cheveux châtains, il dirige une usine d’eau minérale et la grand-mère se prénomme Rosa. Au cœur des années soixante-dix, Tomoko va découvrir dans cette maison l’au-delà de son archipel : à travers la littérature étrangère, les récits de Rosa sur son Allemagne natale et la retransmission des Jeux olympiques de Munich à la télévision, c’est un tout autre paysage qui s’offre à elle.

La grande romancière japonaise explore dans ce livre, et pour la première fois dans son œuvre, le thème de l’étranger et des origines. En choisissant le prisme des liens de l’enfance, elle inscrit ce roman, comme le précédent, intitulé La Formule préférée du professeur, dans un cycle voué à la tendresse et à l’initiation.

 

La-marche-de-Mina-de-Y.-Ogawa.jpg

 

L’avis de Zizi :

Yoko Ogawa nous offre le récit d’une enfance qui aurait fait verdir de jalousie Peter Pan. Elle nous glisse derrière les yeux et les pensées de Tomoko-kun et nous entraine dans une maison, une famille singulière et attachante. Pourtant, cet étrange Eden recèle des choses graves, sérieuses, des histoires qu’il ne faut pas oublier : l’étrange couple que formait l’Allemagne et le Japon, la fragilité d’une enfant malade, l’amour qui grandit une fois par semaine. Le Japon que l’on découvre avec ravissement ici est fait d’origami et de petits rituels, de froissement de rêve et de pétillement de soda. L’imagination s’en donne à coeur joie, rajeunit, se défoule, s’esclaffe, fronce des sourcils mêmes; si, si, l’imagination fait tout ça. Sous la plume de Ogawa, un landeau devient une pièce de musée, le volley-ball une religion et les ronds de serviette un magnifique cadeau de bienvenue. Bienvenue dans la famille aux cheveux camaïeux, à l'hippopotame placide et malicieux, à la grand-mère coquette et étrangère. Tomoko a vécu à cheval entre la réalité chagrine, sans sa mère, et un monde envoutant, aux côtés de Mina. Et nous, nous les suivons discrètement. 

 

 

Extrait choisi par Zaza :

Comme pour l’histoire de l’éléphant sur la bascule, même s’il s’agissait tout au plus d’étiquettes de boites d’allumettes, les scènes représentées étaient très variées. Grenouille jouant de l’ukulélé, ornithorynque avalant un marteau, poussin fumant la pipe. S’il y avait un facteur naviguant sur la mer à bord d’un coquillage, il y avait aussi le couple Okame-Fukusuke qui s’amusait à monter sur un ballon, un Père Noël se baignant dans une source. Il n’y avait là ni dessin de base, ni perspective, et bien sûr aucune logique. Les choses étaient simplement imprimées grossièrement en couleur dans un petit espace rectangulaire. 

 

Zizi et Zaza ont lu La Marche de Mina de Yoko Ogawa dans le cadre du Challenge In the Mood for Japan.

 

challenge-In-the-mood-for-Japan-copie-1

Publié dans La Belle Bibli

Commenter cet article

Anis 19/01/2011 20:27


Je viens de lire "La formule préférée du professeur", je me suis régalée. C'est donc le prochain que je lirai.


Zizi Mule A Tresse 20/01/2011 12:03



Je n'ai pas pu terminé "La formule préférée du professeur" car j'ai du le rendre, mais je compte l'emprunter encore la semaine prochaine. Je te souhaite d'avance une bonne lecture.



Raphaellakay 22/12/2010 12:54


là-dedans l'hippopotame ? ;D


Zizi Mule A Tresse 22/12/2010 14:15



oui :)



livres-etc 08/12/2010 10:41


J'ai lu il y a longtemps le Musée du silence de Yoko Ogawa, je te le conseille aussi ;)


Zizi Mule A Tresse 08/12/2010 16:49



Merci pour le conseil, je note et m'en vais le trouver et le lire ;)