La Princesse noire

Publié le par Zizi Mule A Tresse

Incipit :

La nuit du Loup

Le loup a rompu sa chaine. Il est là, qui court, silhouette géante à l’horizon du monde. Il se hâte pour un rendez-vous de mort fixé de toute éternité. Dans un instant, il ouvrira la gueule pour dévorer la lune et le soleil. Alors, la lumière s’éteindra dans le ciel, et la nuit tombera sur Asgard, le château des dieux, ainsi que sur le Migard, la terre du milieu, là où demeurent les humains… Le loup a rompu sa chaine. De tous les coins de l’horizon des guerriers colossaux se lèvent et rassemblent pour l’ultime bataille, le chaos final. Même le serpent géant qui fait le tour de la terre s’est dressé. Le venin coule de sa gueule sans discontinuer, empoisonnant les campagnes. C’est le dernier combat des divinités. Jetées les unes contre les autres, elles périront l’épée à la main, et toute vie s’éteindra, et le vent ne soufflera plus que des bourrasques de cendres grises.

 

4ème de couverture :

Capturée puis vendues comme esclave par des pillards vikings, Inga est achetée par une étrange châtelaine surnommée la « Princesse Noire ». Quel est le secret de cette femme solitaire qui règne en maitre sur un manoir en ruine où elle recueille des enfants infirmes abandonnés par leurs parents ? Inga sent qu’un mystère pèse sur les lieux. Les adolescents dont elle a la garde chuchotent de bien curieuses histoires à propos d’une créature qui hanterait les souterrains. Un assassin qui, tel l’ogre des contes, viendrait à chaque nouvelle lune prélever son tribut de chair fraiche. Qui se cache sous le masque d’un dieu barbare pour commettre ses crimes en toute impunité ? Quelles manigances se trament dans le secret des oubliettes ? Dans la lignée de La Captive de l’hiver ou de L’Armure de vengeance, ce thriller médiéval entraine le lecteur dans un tourbillon de mystères, de superstitions et de passions obscures.

9782253090397.jpg 

L’avis de Zizi :

Brussolo nous guide chez les Vikings et on est loin des guerriers belliqueux et francs. Les hommes ici sont fourbes et secrets, leur cœur est comme celui des bêtes et leur raison torturée par des croyances invraisemblables. Plus que jamais les apparences sont trompeuses et on s’emmêle avec délice et effrois dans les différentes versions d’un même récit où se mêlent passion et folie. Brussolo a crée une héroïne à son image, à cheval entre deux mondes, tiraillée par un quotidien des plus conventionnel et aspirée     par une vie sauvage et brutale. Inga est un trait d’union entre un christianisme balbutiant et des reliquats de croyances vikings. Son cœur est pétri de la compassion chrétienne alors que sa poitrine est marquée par le sceau des dieux violents. On découvre ici un monde froid où l’enfant n’a sa place que s’il est à l’image de ses dieux. Ici les faibles font une brève apparition, dans le cadre d’un abandon ou d’un sacrifice. Quant à la magie qui fascine et effraie ces hommes, elle est le fruit d’un long voyage aux confins du monde, d’après ce que dit la rumeur.

  

Le conseil de lecture de Zaza :

Les monstres ne sont pas ceux que vous croyez. Prenez garde aux rancuniers. Choisissez vite vos camps. Ne sous estimez pas les enfants. Racontez leurs des histoires. Acceptez de devenir aveugle.

  

Zizi et Zaza ont escorté La Princesse noire dans le cadre du CHALLENGE BRUSSOLO

challenge-serge-brussolo

Publié dans La Belle Bibli

Commenter cet article

Raphaellakay 14/08/2010 11:16


On va de surprises en surprises, on se met à croire aux fables comme des gueux. Et tout à coup la révélation : rien de bien sorcier ! Brussolo nous mène par le bout du nez ;)


Zizi Mule A Tresse 14/08/2010 13:23



gueux toi même ^



Hôtel Eden Party 14/08/2010 02:32


"Tiraillée" et "aspirée",
"racontez-leur",tout de même,pas d'accord à l'impératf!!
Sinon,culte de la violence et forces divines requises
pour lire une telle odyssée sauvage!