Le supernaturaliste

Publié le par Zizi Mule A Tresse

4ème de couverture :

Satellite City, la cité du troisième millénaire. Un rêve pensez-vous ? Non, un véritable cauchemar pour la plupart de ses habitants. Prenez Cosmo, 14 ans, qui n’a jamais rien connu d’autre qu’un orphelinat dont les pensionnaires sont utilisés comme cobayes. Mais il se passe des choses plus terrifiantes encore dans cette sombre mégapole. Des créatures invisibles rôdent, des parasites se nourrissant de l'énergie vitale des humains. 

 

9782070500550.jpg

 

L’avis de Zizi :

Encore un futur possible, un de plus, avec sa technologie avancée, la disparition progressive de l’humanité, et la stagnation de l’injuste. Mais pas que. Dans cette ville folle et calculatrice, on vie comme on peut, toujours en quête d’une aile moins protectrice qu’intéressée. La famille est morte, les droits des enfants aussi, quant à Dieu, pas sûr qu’il ait existé. Pas comme eux, les Parasites, suceurs d’énergie vitale. Ceux sont les corbeaux de ce nouveau monde, présent sur les lieux d’accidents, attendant patiemment que coule le sang et la vie. Mais c’est joyeux aussi, car l’amitié existe encore et drôle, car nos jeunes amis, sont fougueux et farfelus. Cosmo sauve une fille en lui faisant manger des lys, certains bébés sont en fait des génies miniatures et l’autorité comme d’habitude, est aussi louche qu’une couche pleine. Colfer, une fois de plus, nous surprend et nous gâte. 

 

Ce qui a fait craquer Zaza :

C’est presque trop facile, mais c’est du Colfer. valeur sûre à 100% selon Zaza. Puis il y a aussi ce monde futuriste où si on n’est pas sponsorisé, rien n’est possible. Irréel, mais pas tant que ça. Il suffit de regarder les sportifs de notre époque. 

Allez, un petite extrait pour vous tenter : A Satellite City, la pluie était si drue qu’elle aurait pu arracher l’oeil de l’inconscient qui aurait eu l’idée saugrenue de regarder le ciel pendant une averse. Les molécules d’eau réagissaient à certaines vapeurs toxiques et s’agrégeaient beaucoup plus facilement qu’elles n’auraient dû. Elles fonçaient ensuite vers le sol comme des missiles. Les traditionnels parapluies n’étaient plus d’aucune utilité. Les nouveaux modèles, de plus en plus populaires à Big Pig, étaient en plastique rigide. 

Publié dans La Belle Bibli

Commenter cet article

Raphaellakay 06/02/2011 13:46


aucun commentaire ici ??? Quel scandale !!!
allez hop, courez lire ce livre, c'est de la bombe !
XD


Zizi Mule A Tresse 06/02/2011 13:48



Merci pour ce petit coup de pouce pour la promotion du bouquin !


Il est vraiment extra :D