Les Pieds nus de lumière

Publié le par Zizi Mule A Tresse

Titre de l’édition originale de Kenji Miyazawa : Hikari No Suashi

Traduction du japonais par Hélène Morita avec la collaboation de Shizuko Bugnard 

Miyazawa_Kenji.jpg 


4ème de couverture :

C’est au tout début de notre siècle, dans son pays de neige et de vent, Iwaté, parfois appelé « le Tibet du Japon », province septentrionale de l’archipel japonais, pauvre et déshéritée, que Kenji Miyazawa a vécu sa vie en marge, courte, ardente, dédiée. Très tôt il vit, travaille, agit en poète, en bouddhiste - la lecture du Sûtra du Lotus est pour lui une véritable révélation – et en scientifique. « Mes histoires sont destinées à fournir le matériau pour construire un monde nouveau et meilleur, écrit-il, mais ce monde-là est entièrement un développement de notre monde, un merveilleux développement sans fin… »

Avec Les Pieds nus de lumières, son cinquième recueil de contes traduits en français, autant qu’avec Traversée de la neige ou Train de nuit dans la Voie lactée, le visionnaire Kenji Miyazawa nous plonge dans un monde enchanteur qui provoque chez le lecteur une expérience unique.

 

L’avis de Zizi :

Miyazawa est un savant mélange d’écrivain et de peintre. Sous sa plume apparaissent autant de phrases finement ciselées que de fascinantes images, qui font la richesse de ses contes. On entre dans un monde où les auberges mangent leurs clients, les fleurs grisent comme l’alcool et les enfants souffrent dans la lumière avec le courage des anges. Miyazawa sollicite tout nos sens, il séduit nos yeux, délecte nos papilles, chatouille notre nez et irrite nos doigts. On chavire à sa lecture, dans un monde si près des divinités et si loin des hommes. On découvre aussi un Japon différent de ce qu’on connaissait. Pas de robots, mais des singes en uniformes, pas de samurai, mais un garçonnet qui vit dans la neige, pas de mani-neko, mais un lynx bien maniéré. A la fin du recueil de contes, on redescend sur terre comme on reviendrait d’une excursion sur le Mont Fuji.

 

Extrait choisi par Zaza :

Un samedi soir, un étrange carton fut déposé chez le jeune Ichirô Kanéta.

Monsieur Ichirô Kanéta 19 septembre

Vous allez bien, à ce qu’on dit, j’en suis très content.

Demain j’ai un procès qui est bien compliqué : venez !

Pas de fusil, s’il vous plait.

Le lynx, votre humble serviteur.

Telle était la missive. L’écriture en était laborieuse et l’encre poissait les doigts. Ichirô, lui, était ravi. Il enfouit le carton dans sa sacoche d’écolier et parcourut tout joyeux, enchainant cabrioles et entrechats.

 

Zizi et Zaza ont lu Les Pieds nus de lumière de Kenji Miyazawa dans le cadre du Challenge In the Mood for Japan.

challenge-In-the-mood-for-Japan-copie-1 

Publié dans La Belle Bibli

Commenter cet article

Hôtel Eden Party 11/09/2010 13:02


Un livre très poétique,
avec beaucoup d'images oniriques
et d'expressions originales


Zizi Mule A Tresse 12/09/2010 15:53



j'en lirai bien d'autres plus tard =)



Raphaellakay 08/09/2010 15:44


"Des singes en uniforme"... ça me parle ! On dirait mon portrait craché ! XD


Zizi Mule A Tresse 08/09/2010 16:14



pas fait exprès ;)



Nenymih 06/09/2010 15:50


Tous mes respects au grand Kenji Miyazawa ! Il nous plonge dans un univers magique...